Historique

 

L'historique de votre charmant hôtel
à côté de l'arc de triomphe


C’est en 1840 que l’on voit apparaitre pour la première fois le futur emplacement de l’avenue carnot.

Tout d’abord connue sous le nom de cité de l’Etoile, elle fait la jonction entre la rue d’Armaillé et la place de l’Etoile. 

En 1854, la cité de l’Etoile devient l’avenue d’Essling du nom de la bataille du même nom opposant les Français et les Autrichiens aux portes de Vienne en 1809. 

Celle-ci s’étend de la Rue de Tilsitt jusqu’à la Rue Anatole de la Forge. On peut d’ailleurs encore y voir la différence d’architecture entre la partie haute et basse de l’avenue.

En 1867, l’Avenue Essling est prolongée jusqu’à la Rue des Acacias et se poursuite en contrebas par la rue d’Armaillé.

La construction du 27 avenue (Essling) Carnot remonte quant à elle à 1872.

Il faudra attendre 1880 pour que le nom ‘Carnot’ lui soit définitivement attribué en hommage à Lazare CARNOT, mathématicien et homme d’Etat Français.

Tout d’abord pension de familles, l’établissement devient rapidement un hôtel dans les années 20. Il fut réquisitionné par les Allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale puis par les Américains après la Libération de Paris. 

Pourquoi ELSA ? Petit retour en arrière… 

Lorsque Louis ARAGON voit le jour, sa mère tient une pension de famille au 20 de l’Avenue Carnot.

Dans les années 30, Elsa TRIOLET devient et restera la muse de Louis ARAGON. Et voilà, la boucle est bouclée…

Louis Aragon et sa mère

 

Biographies croisées


Louis ARAGON vient au monde en 1897 à Paris.

Sa mère, Marguerite TOUCAS-MASSILLON tient une pension de famille au 20 de l’Avenue Carnot – Paris 17ème entre 1899 et 1904 quand la famille quitte la capitale pour s’installer à Neuilly sur Seine.

 

Elsa Triolet

Dès 1908, ARAGON commence à montrer un intérêt pour les mots et la poésie.

Après avoir obtenu son baccalauréat « latin-sciences », ARAGON entame des études de médecine en 1916.

En 1917, il est incorporé en tant que médecin auxiliaire au Val-de-Grâce à Paris.

En 1918, il est envoyé au front et connaitra alors la violence des combats. Il recevra la Croix de Guerre.

A son retour des tranchées, ARAGON se consacre à l’écriture poétique ou romanesque en rejoignant le mouvement DADA qui a fait son apparition à Paris en 1919. 

En 1924, avec son ami André BRETON, Louis ARAGON lance le surréalisme.

En 1927, il rejoint le parti communisme français.

En 1928, Louis ARAGON rencontre Elsa TRIOLET. Elle sera sa muse.

Les bijoux d'Elsa Triolet

ARAGON devient journaliste à L’Humanité pendant qu’Elsa crée des bijoux pour la haute-couture parisienne entre 1929 et 1932. 

Ensemble, ils feront plusieurs voyages à Moscou et en URSS.

Elsa et Louis se marient le 28 février 1939. Ils ne se quitteront plus jusqu’au décès d’Elsa en 1970.

Lorsque la seconde guerre éclate, ARAGON est à nouveau incorporé avant de rejoindre l’Angleterre et de revenir en France.

Sous l’occupation allemande, avec Elsa, ils seront des résistants intellectuels grâce à leurs plumes. ARAGON publiera en 1942 ‘Les Martyrs’ concernant l’exécution de 27 otages de Chateaubriant. 

Elsa Triolet et Louis Aragon

En 1945, Elsa TRIOLET est la première femme à recevoir le Prix Goncourt pour ‘Le Premier Accroc coûte deux cents francs’ qui raconte le rôle des femmes dans la Résistance.

En 1946, Elsa TRIOLET assiste au procès de Nuremberg qu’elle racontera dans ‘Les Lettres Françaises’ 
Après la guerre, tous deux se plongent dans l’écriture en puisant leur inspiration dans leurs expériences de la guerre, de leurs voyages en URSS et dans les pays du Bloc de l’Est.

La Guerre d’Algérie et la fin de la colonisation inspireront à ARAGON un de ses plus beaux recueils de poèmes où figurent notamment ‘Aimer à perdre la Raison’, ‘L’Avenir de l’Homme est la Femme’ (qui deviendra en chanson ‘La Femme est l’Avenir de l’Homme’) paru en 1963.

Elsa s’éteint dans leur maison (Le Moulin de Villeneuve) en juin 1970.

Après le décès de sa muse et bien-aimée, ARAGON change de vie, poursuit son combat politique et continue à écrire, encore et toujours. ‘Les Adieux’ sera son dernier recueil de poèmes paru en 1980.

Louis ARAGON s’éteint le 24 décembre 1982 à Paris et sera inhumé auprès d’Elsa au Moulin de Villeneuve 

27, Avenue Carnot
75017 Paris, France
contact@elsa-hotel-paris.com - +33 1 44 09 26 00 
 
AMADEUS : IW PAR706
SABRE : IW 50138
GALILEO / APOLLO : IW 24891
WORLDSPAN : IW 05706
4c4767e7-9f4f-482d-ad56-28a75f4b5ea0
f69d046a-1ede-4bfa-a586-bc5dfa535b92
9305a132-53ef-4ef4-a56c-519745386433
cad8f472-6eb8-4302-b87a-7f81dc6f4ec0
41222b62-719c-4432-9592-c45ac5fa37ce
90e53a29-2f0a-43c6-8d83-48525c1b4e70
cd433618-1f94-4282-9c50-4abd59dd765a
Quick Response Code